Jésus au désert — 6 mars 2022

Jésus au désert

Jésus est tenté par le diable dans le désert. Le désert est un lieu où il est difficile de vivre et, en même temps, c’est un endroit à l’écart, où notre cœur se rend plus disponible pour écouter Dieu.

À ton avis, comment vit-on dans un désert ? de quoi manque-t-on ? Quand on manque de quelque chose, par quoi est-on tenté ?

Évangile selon saint Luc 4, 1-13

L’entrée en Carême
et les tentations de Jésus

avant de commencer sa mission, Jésus affronte le diable dans le désert. Le Carême, c’est un temps de “combat ” contre ses habitudes pour mettre encore plus au cœur de sa vie les gestes et les paroles de Jésus.

Pour t’aider, nous te proposons d’inscrire chaque jour sur “Mon chemin de Carême” tes efforts, tes difficultés et tes joies. À Pâques, tu pourras regarder le chemin parcouru et te réjouir de tout ce que tu auras accompli.

Le carême, un temps pour ce convertir… — 2 mars 2022
Mercredi des cendres ? —

Mercredi des cendres ?

Premier jour du Carême, marqué par l’imposition des cendres : le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu.

Ce mercredi est un jour spécial. C’est le mercredi des Cendres. On l’appelle ainsi car, à l’église, après l’homélie, chacun s’avance vers le prêtre pour recevoir une petite croix tracée sur le front avec des cendres.

Ce sont celles des rameaux brûlés…

D’où viennent ces cendres ? Pour les obtenir, on brûle les rameaux desséchés, ceux qui ont été bénis lors du dimanche des Rameaux l’année précédente. La flamme qui brûle les rameaux, c’est comme la flamme de l’amour qui peut brûler tout ce qui est triste, tout ce qui est desséché en nous.

… qui nous rappelle que nous sommes fragiles…

Les cendres, c’est gris et sans vie. C’est comme de la poussière.
Cela nous rappelle que nous sommes fragiles, que nous avons besoin de Dieu pour changer nos cœurs, pour enlever toute cette poussière en nous et laisser voir la lumière. 

… pour faire plus de place à Dieu

C’est pourquoi quand le prêtre fait la petite croix sur nos fronts, il dit : « Convertissez-vous et croyez à l’Evangile. »
Venir aux Cendres, c’est le signe que nous voulons faire plus de place à Dieu dans nos vies.

Mots cachés – Jésus a dit : Aimez vos ennemis…donnez, pardonnez, et vous serez pardonnés — 20 février 2022
Jésus nous demande d’aimer tout le monde — 18 février 2022

Jésus nous demande d’aimer tout le monde

Les lectures de ce dimanche ont toutes une chose en commun :
elles nous disent que Dieu est avec nous. Il nous a choisis pour être avec lui…
et même comme lui.

Ecoute l’Evangile selon saint Luc 6, 27-38

Ce qu’il faut retenir :

Pas facile d’aimer ceux qui ne nous aime pas. Mais Jésus nous dit : « si vous faite du bien à ceux qui vous veulent du mal et si vous donner sans rien attendre en retour , alors votre récompense sera grande dans le ciel. » Merci Jésus de me donner cette force d’aimer.

Jésus veut notre bonheur… — 12 février 2022

Jésus veut notre bonheur…

Tous les habitants du monde, qu’ils viennent d’Asie, d’Afrique, d’Europe ou d’ailleurs, partagent le même désir : celui d’être heureux.
Justement, la Bible a des choses à nous dire sur le bonheur.

« Heureux, les pauvres ! Quel malheur pour vous, les riches ! » Luc (6, 17. 20-26)

Voilà une belle façon de retenir l’Evangile des BÉATITUDES de ce dimanche

Peut être une image de ballon, balle et intérieur

Un professeur a donné un ballon à chaque élève, qui devait le gonfler, écrire son nom dessus et le lancer dans le couloir.
Le professeur a ensuite mélangé tous les ballons.
Les élèves ont eu 5 minutes pour trouver leur propre ballon.
Malgré une recherche mouvementée, personne n’a trouvé son ballon.
À ce moment-là, le professeur a dit aux étudiants de prendre le premier ballon qu’ils avaient trouvé et de le remettre à la personne dont le nom était écrit dessus. En 5 minutes, chacun avait son propre ballon.

Le professeur a dit aux étudiants: «Ces ballons sont comme le bonheur. Nous ne le trouverons jamais si tout le monde cherche le sien. Mais si nous nous soucions du bonheur des autres … nous trouverons le nôtre aussi.

même si tu doutes, fais-Lui confiance — 4 février 2022

même si tu doutes, fais-Lui confiance

Luc ( 5, 1-11 )

Ce dimanche 6 février 2022, à la messe, l’Évangile de St Luc, chapitre 5, nous parle d’un épisode bien connu de la vie publique de Jésus : la pêche miraculeuse.

Imagine une grande foule qui se presse sur la rive d’un lac. Ces hommes, ces femmes, ces enfants sont venus écouter Jésus. En ce temps-là, pour se faire entendre, Jésus ne dispose ni de micro ni d’estrade.

Simon est un simple pêcheur du lac. Comme son frère André, il vit du fruit de sa pêche qui est souvent peu abondante… Lorsque Jésus rencontre Simon, ce dernier est découragé parce qu’il vient de rentrer avec sa barque vide. Et cela fait plusieurs jours que cela dure… Pas un seul poisson ! Il n’a plus rien pour nourrir sa famille. Mais courageusement il lave ses filets pour y retourner plus tard.

Jésus survient alors. Il monte dans sa barque et lui demande de s’éloigner du bord. Du bateau, Jésus enseigne les foules puis il lui ordonne d’aller plus au large. 

Simon doute : « Maître, nous avons peiné toute une nuit sans rien prendre… » Pourtant en écoutant Jésus, quelque chose s’ouvre en lui, et il se sent encouragé à agir.

Ayant lâché leurs filets dans le lac, Simon et André capturent une « grande multitude de poissons » à tel point que la barque s’enfonce… Alors devant un tel prodige digne de Dieu, Simon tombe aux pieds de Jésus : « Éloigne-toi de moi Seigneur, car je suis un homme pêcheur. » Mais Jésus le rassure : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras ». Une fois à terre, Simon suivit Jésus. Et, plus tard, ce dernier le nomma Pierre.

Recette des crêpes de la Chandeleur — 2 février 2022

Recette des crêpes de la Chandeleur

Qu’elles soient au Nutella, à la confiture, au sucre… ou tout simplement nature, les crêpes sont, le 2 février, un plat incontournable pour les jeunes (et les moins jeunes !). Voici une recette pour déguster ensemble des crêpes lors de la fête de la Chandeleur !

Ingrédients (pour 8 crêpes)

– 250g de farine,
– 4 œufs,
– un demi-litre de lait,
– 1 pincée de sel,
– 50 grammes de beurre,
– 1 sachet de sucre vanillé,
– 1 cuillère à soupe de rhum (5 cl),
– 1 verre de bière.

Préparation

Verser la farine et les œufs dans un saladier. Puis progressivement ajoutez le lait, tout en mélangeant avec votre fouet. Surtout ne mélangez pas la farine et les œufs avant de mettre le lait, vous obtiendriez une sorte de pâte bien difficile à mélanger au lait.
Ajoutez la bière, puis le sucre vanillé, et la pincée de sel.
L’idéal serait de laisser la pâte reposer une heure au réfrigérateur.
Huilez légèrement le fond d’une poêle, et versez une bonne demi-louche de votre pâte à crêpe que vous faites cuire pendant 1 à 2 minutes par face.
Pour retourner vos crêpes, commencez par décoller les bords. Quand vous voyez que la crêpe peut se décoller en entier, faites la sauter d’un coup sec. Si vous n’y parvenez pas, utilisez tout simplement une spatule pour les retourner.
Mettez l’enrobage que vous souhaitez (Nutella, confiture, sucre, citron pressé…), et pliez la en quatre.
Bon appétit !

02 février: fête de la Chandeleur —

02 février: fête de la Chandeleur

Le 2 février, on déguste des crêpes et on a bien raison. En plus de vous proposer une très bonne recette de crêpes de la Chandeleur, nous allons aussi vous donner des précisions sur cette fête, son histoire, ses traditions et son actualité. Bonne lecture et bonne dégustation !

La Chandeleur est une fête religieuse chrétienne fixée au 2 février. Son nom officiel est la Présentation de Jésus au Temple. Avant la réforme liturgique initiée par le Concile Vatican II (1962-1965), cette fête venait clore le temps liturgique de Noël. Aujourd’hui, elle se situe dans le temps « ordinaire » mais elle a quand même un rapport avec la fête de Nativité ! En effet, l’Évangile (Luc, chapitre 2) rappelle que 40 jours après Noël, Marie, la maman de Jésus, et Joseph, son époux, présentent Jésus au Temple de Jérusalem. Ils se conforment ainsi, avec beaucoup d’humilité et de piété, à la tradition juive qui prévoit que tout premier-né masculin soit consacré au Seigneur.

Marie et Joseph ont présenté leur enfant au Temple, quarante jours après sa naissance. le vieillard Syméon vêtu de rouge, couleur de l’Esprit-Saint qui l’habite, et de violet qui est parfois le couleur de la foi et la prophétesse Anne habillée en vert, couleur de l’espérance, espérance qu’elle professe par ses paroles.

Cet épisode au Temple est l’occasion de découvrir deux personnages de grande foi qui attendent le Messie : le vieillard Syméon, et Anne, une femme âgée de 84 ans. Poussée par l’Esprit Saint, Syméon comprend que Jésus n’est pas un enfant comme les autres : il reconnaît en lui le Sauveur envoyé à Israël. Alors que Jésus est placé dans ses bras, il se met à bénir Dieu en lui disant : « Maintenant ô Maître Souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples, lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. » Portant Jésus, Syméon parle de « lumière » qui éclaire les nations. C’est en lien avec cette « profession de foi » du vieillard que les chrétiens ont pris l’habitude (à partir du 7ème siècle) de vivre une procession éclairée à la bougie, aux « chandelles ». Ce sont ces petites « lumières », ces cierges, ces chandelles qui ont donné au 2 février le nom usuel de « Chandeleur » 

La procession aux flambeaux est un moment très beau à vivre.

La tradition des crêpes de la Chandeleur

Pour les croyants, la Chandeleur est donc une grande fête. Elle est traditionnellement fêtée avec des crêpes qui, par leur forme ronde et dorée, rappellent le disque solaire, et donc la « lumière ».

La Chandeleur est une belle occasion de réunir tous les membres de votre famille pour passer un moment agréable entre enfants et adultes. La participation de tous donne une ambiance chaleureuse à cette petite fête familiale.

Les crêpes de la Chandeleur : leur forme ronde, en forme de soleil, rappelle la lumière, le « Christ, lumière des nations ».

Présentation de Jésus au Temple   — 1 février 2022

Présentation de Jésus au Temple  

Le 2 février, nous fêtons la Présentation de Jésus au Temple, aussi appelée fête de la Lumière ou La Chandeleur. Cette célébration marque un moment clé de la jeunesse de Jésus Christ. A cette occasion, on reconnaît la rencontre du Seigneur et de son Peuple, en la personne de deux vieillards Syméon et Anne présents au Temple. Syméon reconnaît en l’Enfant, le Messie, le Consolateur qu’ Israël attend : « Il est la Lumière qui illumine les Nations. Il est la Gloire d’Israël, son Peuple. » Anne la Prophétesse, s’associe à cette louange et annonce à son entourage la venue du Christ Seigneur.

« Jésus, Lumière pour tous »

Evangile de Jésus Christ selon Saint Luc
Luc (2, 22-40)
« Mes yeux ont vu ton salut »

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.
Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »
Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »
Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de 84 ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.
Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.
L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.